De la coxarthrose à la cervicarthrose : les différentes formes d’arthrose

L’arthrose se définit comme une pathologie dégénérative des cartilages articulaires. En partant de cette description simple, il n’est pas difficile de comprendre qu’il existe autant de formes arthrosiques que d’articulations ! Parmi les plus souvent traitées figurent, dans le palmarès de tête, l’arthrose cervicale (cervicarthrose) et l’arthrose de la hanche (coxarthrose). Principal point commun entre ces arthroses : la douleur.

arthrose cervicale

L’arthrose cervicale à la loupe

Cette forme d’arthrose régulièrement diagnostiquée chez les personnes de plus de 50 ans se caractérise par une atteinte des cervicales. Plus spécifiquement, la dégénérescence altère progressivement les cartilages situés au niveau des articulations des vertèbres du cou. On ne sait pas bien aujourd’hui quelles sont les véritables causes de l’arthrose cervicale. Sollicitation excessive de la nuque ou immobilisation prolongée des articulations… Les deux situations semblent susceptibles de générer ce type de maladie chronique.

Comment soulager l’arthrose de la hanche ?

Autre forme arthrosique régulièrement diagnostiquée : la coxarthrose. Il s’agit de l’usure du cartilage articulaire coxo-fémoral. Si aucun traitement curatif de la coxarthrose n’existe, il est en revanche possible de soulager les différents symptômes qu’elle provoque et de préserver le confort de vie des personnes atteintes. En plus de mesures hygiéno-diététiques, le traitement de la coxarthrose peut être médicamenteux ou chirurgical.

La douleur, un symptôme commun à toutes les arthroses ?

Dans la plupart des tableaux cliniques arthrosiques, on retrouve la douleur au premier rang des symptômes. Celle-ci est légère à modérée lorsque l’atteinte articulaire reste minime. Mais la douleur de l’arthrose peut redoubler d’intensité en cas de dégénérescence avancée. Cette manifestation clinique, parfois handicapante, s’explique par le fait que le cartilage n’assume plus correctement son rôle de coussin, ce qui détériore peu à peu l’articulation. Les différents débris que sa dégénérescence produit vont, en outre, se nicher au sein de l’articulation et déclencher un processus inflammatoire douloureux.