Comment se remettre d’une mauvaise chute ?

Jeune homme qui a fait une chute dans les escaliers

Parmi les accidents domestiques les plus fréquents, la chute occupe la première place. Ce sont d’ailleurs les personnes âgées et les jeunes enfants qui sont les plus exposés à ce type d’accidents. Mais les chutes peuvent également survenir à d’autres occasions : en faisant du sport, en faisant des travaux de bâtiment, etc. Entorse, fracture… : après une chute, il est assez fréquent de souffrir d’une blessure qui nécessitera un peu de temps à se soigner complètement. Voici quelques conseils pour vous aider à vous remettre d’une mauvaise chute.

Membre cassé : de la rééducation

En cas de chute, il n’est pas rare de se retrouver avec une fracture à la jambe ou au bras. Ce type de blessure va nécessiter la pose d’un plâtre pour immobiliser complètement l’articulation et permettre à l’os de bien se ressouder. En fonction de la gravité de la blessure, la guérison peut être plus ou moins longue.

Pendant et après cette période, il est toutefois possible de suivre des séances de rééducation. Leur but est de permettre au patient de retrouver une bonne mobilité au niveau du membre touché. En effet, après ce type de blessure, le bras ou la jambe sont souvent affaiblis, il faut donc réapprendre à s’en servir de manière progressive.

En général, la rééducation en piscine est souvent préconisée par les kinésithérapeutes. Les séances peuvent même débuter pendant la convalescence : il suffit de couvrir la blessure avec un protège-plâtre pour qu’il ne soit pas mouillé. Néanmoins, il est préférable d’attendre le retrait du plâtre pour pouvoir mobiliser le membre blessé.

Traumatisme crânien : un suivi neuropsychologique

Les membres ne sont pas les seules parties du corps à être touchées lors d’une chute. Bien souvent, on se cogne également la tête, ce qui peut provoquer un traumatisme crânien. En fonction de sa gravité, la victime devra faire l’objet d’un suivi neuropsychologique plus ou moins important.

Heureusement, la plus grande majorité des traumatismes crâniens (95%) sont sans gravité. Dans ces cas-là, il est assez fréquent de ressentir une grande fatigue, des maux de tête et des nausées. On recommande alors aux patients de se reposer et de garder un œil sur les symptômes, au cas où des complications apparaîtraient.

En revanche, pour les traumatismes crâniens les plus graves, des séquelles motrices et cognitives peuvent apparaître. Les personnes touchées pourront alors avoir des trous de mémoire, des difficultés à se concentrer ou à faire plusieurs choses à la fois. Une rééducation fonctionnelle pourra alors permettre à ces victimes de ne pas devenir complètement invalides et dépendantes.

Petite fille souffrant d'un traumatisme crânien après une chute auscultée par un médecin

Après une chute : les autres conseils pour récupérer

En-dehors des fractures et des traumatismes crâniens, c’est quand même tout le corps qui est « sonné » après une chute. Dans ces cas-là, il peut être intéressant de consulter un ostéopathe, afin de permettre au corps de retrouver toute sa mobilité.

Le repos est aussi souvent de mise après une chute, surtout si vous vous sentez fatigué et/ou nauséeux. Une activité physique modérée peut toutefois être tolérée, si vous bénéficiez d’un avis favorable de votre médecin. Les plus jeunes pourront par exemple aller se baigner (à condition d’utiliser un protège-plâtre pour enfant) tandis que les personnes âgées pourront se promener avec un accompagnateur.

Evidemment, on recommandera également aux personnes victimes d’une chute de faire en sorte d’éviter que cela ne se reproduise. En fonction des situations, vous pourrez :

  • Aménager votre domicile pour dégager les voies de passage ;
  • Porter un casque lorsque vous faites du vélo, du roller, de la trottinette ou autre ;
  • Assurer votre sécurité avec un équipement de protection si vous travaillez en hauteur ;
  • Etc.

Source images : Getty Images

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *